s
L’ Amateur d'Art | Septembre 1989
Marc Cenac: De la poesie en peinture
Jacques Dubois
Les oeuvres de Marc Cénac sont l’illustration d’ une maturité se manifestant au terme d’ une longue gestation dont les points extrêmes se situent entre la pochade brossée sur le vif et l’ élaboration au cours des étapes d’ un long travail d’ atelier où de son premier jet spontané, l’oeuvre parviendra à sa finalité : réinventer le motif nimbé de sa particulière atmosphère dans laquelle pénètrera le spectateur. De même les fleurs aux formes épurées jusqu’ à la stylisation y perdront-elles leur identité pour se fondre en un tout dont les volumes catalyseront la lumière. Sont-ce roses, glaieuls ou pivoines? Rien de cela, elles sont beauté informelle à laquelle chacun attribuera un nom selon sa propre vision. Et ces fleurs devenues intemporelles, jamais ne se fâneront. Coloriste doué d’ un sens inné de l’ unité tonale, habile distributeur de la lumière et de l’ ombre, Marc Cénac, dont le talent de peintre n’ a d’ égal que celui du sculpteur, se sera fait promeneur de Paris où il s’ est attardé devant une Colonne Moriss sur les berges du Pont Neuf que noyait la brume, a saisi le spectacle que lui offrait La place du Tertre cela, sous un angle très personnel, et s’est montré sensible à la poésie émanant des Péniches se reposant sous le profil de la Tour Eiffel; non sans fixer au passage les cavaliers casqués de la Garde Nationale défilant sur fond de drapeaux tricolores. Mais bien d’ autres sujets l’ont également sollicité.Une peinture évasionpour l’ esprit et plaisir pour les yeux.